Fourneaux

Des fourneaux efficaces pour cuisiner au bois ou au charbon

Un fourneau est un outils plus ou moins simple qui permet d’obtenir les conditions de combustion optimales pour la source donnée (bois ou charbon) afin d’économiser l’énergie et donc l’argent investit dans les combustibles. Le fourneau permet aussi de rendre la cuisine plus confortable aux ménagères africaines en faisant gagner du temps et en étant facile à utiliser.

Les fourneaux à bois

Le système le plus rudimentaire pour cuisiner avec le bois est le foyer 3 pierres. Suivant la manière de le gérer, son rendement varie de 3 à 25%. Un foyer 3 pierres bien géré suit les régles suivantes :

- ne pas être exposé au vent

- utiliser du bois bien sec

- adapter les flammes à la taille de la marmite

- adapter les flammes à la phase de cuisson (fort au début, doux ensuite)

 Les foyers améliorés

Des fourneaux plus élaborés permettent de gagner en performance et en simplicité d’utilisation. Ils sont fait en tôle d’acier ou en argile, avec des formes plus ou moins complexes qui permettent à chaque fois de gagner un peu de rendement et donc de réduire la quantité de bois à brûler. Les fourneaux à bois en tôle sont plus solides, donc plus durables, mais aussi plus chers à l’achat, contrairement aux fourneaux fabriqués en argile (fourneaux banco).

Le principe d’un cuiseur à bois amélioré est simple, il consiste à créer les meilleures conditions de combustion du bois possibles pour en tirer le maximum d’énergie. Cela est décomposé en différentes fonctions :

  • une chambre de combustion pratique à utiliser et de dimension adaptée à la puissance du cuiseur (la zone de combustion n’a pas la meme taille entre un fourneau pour bouilloire à thé et un fourneau communautaire pour les grandes marmites)
  • des prises d’air de la bonne taille, correspondant à la puissance du fourneau, et disposées au bons endroits (distinction entre la combustion primaire et secondaire)
  • dans la mesure du possible un préchauffage de l’air
  • la canalisation de la flamme autour de la marmite pour maximiser l’échange de chaleur et la récupération d’énergie
  • un support de marmite stable, solide, et bien adapté à la puissance du foyer

Un des fourneaux les plus connu est le “rocket stove”

 

Pas cher à fabriquer, solide et très simple d’utilisation, il permet de diviser par 3 voire 4 la consommation de bois par rapport à un foyer 3 pierres. Il élimine les fumées et accèlere la cuisson de la nourriture.

Ce type de fourneau peut aussi être fabriqué en argile. De nombreuses organisations en afrique développent les rocket stoves, à travers la fabrication locale et la commercialisation. Citons par exemple Envirofit

 http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Poi0QCN2Veo#at=101

 Découvrez sur le site outils-autonomie  les plans open-source gratuits pour fabriquer un rocket stove à partir d’une bouteille de gaz. Une solution économique, super costaud et performante.

 D’autres modèles de cuiseurs améliorés existent, tel que le fourneau jambar bois au Sénégal. Citons également les foyers institutionnels ou communautaires pour les grosses marmites (restaurants, écoles, cantines, prisons, etc). Les fourneaux améliorés communautaires sont souvent fixes, fabriqués en dur (argile, brique, métal) avec des marmites spécialement adaptées. Ils permettent de grosses économies de bois et de soulager le travail de cuisinières.

Les modèles les plus performants de cuiseurs à bois améliorés permettent de cuire 1 kg de nourriture avec moins de 100g de bois ! L’économie de combustible permet d’armortir leur achat en 6 mois à 1 an, suivant les cas.

Cuisine au charbon dans un restaurant de Bamako, au Mali. Source : Planète Bois

 Les fourneaux à charbon

 Le plus connu et le plus répandu des fcuiseurs à charbon est le fourneau malgache. Bien que simple et pas cher, le fourneau malgache n’est pas économe en charbon car une grosse part d’énergie est rayonnée à l’extérieur, donc perdue, le fourneau n’étant pas isolé. Le rendement d’un fourneau malgache atteint difficilement 25%.

 Ce cuiseur est donc moins cher à l’achat mais cher à l’utilisation, un meilleur calcul économique consiste à investir un peu plus dans un fourneau isolé type Jambar ou Sakkanal (rendement 40 à 50%) qui consommera moins de charbon, le fera durer plus longtemps et sauvera ainsi de grandes surfaces de forêt. Ce type de fourneau permet d’économiser par ménage Sénégalais 50 000 Fcfa par an !

Rappelons ici que le charbon de bois est un combustible moins efficace que le bois de feu car sa fabrication consomme beaucoup d’énergie : il faut 500 kg de bois vert pour produire 80 à 100kg de charbon. De plus, le charbon ne permet pas d’atteindre des températures aussi élevées que le bois de feu. Le charbon présente l’avantage d’être plus facile à transporter, et représente un progrès social aux yeux des consommateurs, surtout en zone urbaine.

Meule de charbon traditionnelle au Sénégal. Source PERACOD

 Fabrication locale

 Outre les avantages écologiques, sanitaires et économiques des fourneaux à bois économes, ils peuvent être fabriqués artisanalement sur place, ce qui représente une formidable opportunité pour les artisans locaux. Création de travail + économie des ressources naturelles + protection de la santé = l’équation gagnante des foyers efficaces !