Le bois énergie au Sénégal

La combustion du bois ou du charbon de bois (issus de la biomasse) délivre de l’énergie qui peut être utilisée pour cuire, sécher, transformer la matière (forge, fonderie, poterie), chauffer l’eau etc. Les applications utilisant le bois énergie sont nombreuses ! Voici les points à surveiller pour que la combustion de la biomasse délivre le maximum d’énergie :

1 - la combustion doit se dérouler dans les meilleures conditions possibles (température, arrivée d’air, tirage, fumées)

2 - la chaleur produite doit être transmise là où elle est utile et non perdue dans l’air, dans les fumées, dans les récipients, etc

 

 Une combustion optimale

La combustion est une réaction chimique qui se produit à haute température entre le combustible (souvent riche en carbone) et le comburant (oxygène présent dans l’air)

1ere étape : la température dans le foyer (de 0 à 200°C) séche le bois, l’eau présente dans le bois s’évapore peu à peu. Cette étape consomme de l’énergie au lieu d’en produire, donc plus le bois est sec, plus il peut libérer une grande quantité d’énergie. Il faut éviter de brûler du bois humide, le plus simple est de stocker le bois à l’abris, si possible près du foyer, pour abaisser le plus possible son taux d’humidité avant de l’utiliser.

2ème étape : de 200 à 600°C à lieu la pyrolyse du bois, aussi appelée combustion primaire. Cette pyrolyse décompose le bois en résidu solide (10 à 30% de la masse) et en gaz légers très volatils (70 à 90% de la masse).

3ème étape : les gaz produit par la combustion primaire (gazéification du bois) s’enflamment entre à partir de 300°C, ce qui produit les flammes. Certains gaz, plus durs à brûler, s’enflamment vers 550°C. La combustion de ces gaz est appelée combustion secondaire. Elle demande un apport en air neuf (contenant de l’oxygène), si possible chaud pour offrir les meilleurs conditions de combustion. La température pour brûler les gaz du bois doit être élevée pour être efficace, de 800°C au minimum.

4ème étape : quand la pyrolyse (ou gazéification) est terminée, seul les résidus solides restent, qui forment les braises. Les braises contiennent encore de l’énergie qui est rayonnée car elles sont encore chaudes (parfois jusqu’à 800°C)

5ème étape : le feu s’éteint s’il n’est plus alimenté en combustible, il ne reste plus que les cendre qui ne doivent représenter qu’1% de la masse initiale du bois si la combustion à été optimale.

La combustion optimale du bois énergie n’est pas le fruit du hasard, mais demande des appareils bien conçus (taille du foyer, dimension des entrées d’air primaire et secondaire, tirage de la cheminée).

Comment savoir si la combustion est bonne ?

Les signes sont :

  • une fumée très claire ou même transparente
  • une température très élévée des flammes
  • des cendres blanches et en très faible quantité

Au contraire, un feu mal réglé fume beaucoup, chauffe mal et produit peu de flammes. Dans de telles conditions, le feu dure longtemps mais le rendement de la combustion est très mauvais. L’énergie récupérée par kg de bois brulé est faible.

Les fumées noires et épaisses d’une combustion mal gérée (à trop faible température), sont très mauvaises pour la santé, dépose des résidus qui peuvent s’enflammer facilement et provoquer des incendies.